Mes 10 jours en Corse en famille

C’est décidé, cette année au mois de juin nous allons en Corse et nous allons camper, une première pour nous!! Il a donc fallu nous équiper de tentes, matelas, sacs de couchages… tout quoi. Le plus grand exploit étant de tout faire tenir dans le coffre de la Yaris. Mais comme je range super bien (ben oui c’est comme ça) tout rentre, ouf! Notre départ pour la Corse se fera en ferry depuis Marseille avec une arrivée le lendemain matin à Ajaccio.

 

Jour 1

Bon, la nuit à bord, c’est bof,bof, faut pas avoir le sommeil trop léger quand même parce que le lit tremble au rythme des moteurs du bateau. Pourtant point de vue gain de temps, l’avantage est certain, à chacun de voir ce qui lui convient le mieux…C’est donc frais et dispo ((hum!) après une bonne nuit de sommeil que nous débarquons à Ajaccio.

C’est dimanche, le jour du marché au square Campinchi proche de l’office de tourisme. On en profite pour acheter le pique-nique pour midi. Après un petit tour des rues du centre ville on décide d’aller à la pointe de la Parata. La route qui y mène en longeant la côte est particulièrement sympa. Arrivée à la pointe, une jolie vue sur le golfe d’Ajaccio et sur les îles sanguinaires s’offre à nous. Nous empruntons l’un des sentiers pédestres proposés, celui-ci fait rapidement le tour de la Parata, il est environ 10 h du matin mais il fait déjà 30°C et le sentier n’est pas ombragé, mais le paysage est superbe et vaut le déplacement. Je serais volontiers restée plus longtemps sur place sans cette chaleur accablante, le site doit être très agréable en arrière saison.

la pointe de la Parata, Corse

la pointe de la Parata, Ajaccio

la pointe de la Parata, Corse

la pointe de la Parata, Ajaccio

Fin de matinée, nous quittons Ajaccio pour le centre de l’île destination Corte. Sur la route, nous nous arrêtons à Bocognano pour aller voir la cascade du voile de la mariée. Le site est un peu excentré de Bocognano et il faut environ 15 minutes de marche pour y accéder, ça grimpe un peu. C’est ici, au pied de la cascade de 70 m de haut que nous pique-niquons. C’est une halte agréable avant de reprendre la route jusqu’à Vizzavona. De là, nous partons nous dégourdir les jambes en empruntant le sentier qui rejoint la cascade des Anglais (1 h aller-retour), le sentier ombragé mène à des vasques en cascades successives où l’on peut se baigner quand il fait bien chaud. Rien à voir avec la cascade précédente, celles si sont toutes petites. Nous repartons ensuite pour notre dernière étape de la journée et notre installation au camping de Tuani vers Corte.

• Avis sur camping de Tuani : un cadre de rêve au pied de la Restonica, très calme, le seul hic mais pas des moindres, les sanitaires franchement pas très propres. La moitié des sanitaires étaient d’ailleurs fermés lorsque nous y étions en juin.

voile de la mariée Bocognano

cascade du Voile de la Mariée vers Bocognano

La Restonica, Corse

La Restonica depuis le camping de Tuani

la Restonica, Corse

La Restonica près du lac de Melo

Jour 2

Ce matin, un contretemps nous empêche de nous consacrer aux visites. L’après midi, nous partons pour le lac de Melo.

Point de départ: le parking près de la bergerie de Grotelle (parking payant en saison). Il faut 1 heure pour atteindre le lac de Melo situé 340 mètres plus haut. A mi parcours il y a une buvette et en chemin nous croisons des vaches. La montée assez raide à la fin se fait par des chaînes et 2 échelles fixées dans la roche. En cette mi-juin la neige est encore bien présente. A l’heure tardive où nous avons débuté la randonnée, la plupart des personnes redescendaient déjà. Nous aurions aimé poursuivre jusqu’au lac de Capitello situé 45 minutes plus loin mais il est trop tard. Ce sera pour une autre fois j’espère.

rando lac de Melo, Corse

rando lac de Melo

rando lac de Melo, Corse

rando lac de Melo

lac de Melo, Corse

le lac de Melo

 

Jour 3

Ce matin nous quittons la région de Corte pour rejoindre Evisa. Sur la route nous nous arrêtons au parking du Fer-à-Cheval situé un peu avant le col de Vergio pour faire la rando des cascades de Radule (3 h aller-retour). Le chemin traverse la forêt de Valdu-Niellu jusqu’aux bergeries de Radule. Les moins frileux peuvent se baigner dans les vasques au niveau de la cascade, l’eau y est très fraîche. Il faut suivre le balisage bleu, durée 3 h aller-retour. Le début et la fin de la rando sont ombragés. Une jolie balade avec de beaux paysages. Nous partons ensuite nous installer au camping L’Acciola vers Evisa. Il est presque vide à cette période et nous nous choisissons une place bien à l’ombre.

• Avis sur la camping l’Acciola: camping très bien, le meilleur de tous ceux testés avec des sanitaires parfaitement propres et vastes. Réveil matinal avec les oiseaux.

Jour 4

Aujourd’hui nous partons du centre de la petite ville d’Evisa à pied pour faire le chemin des châtaigniers, un sentier de découverte qui mène en 1 heure aux piscines naturelles d’Aïtone. Des panneaux le long du chemin nous renseignent sur l’histoire de la châtaigneraie au cours du temps. C’est bien fait, ludique et le chemin est bien ombragé dans l’ensemble. Arrivé sur place, on découvre un site magnifique, d’autant plus agréable qu’en arrivant relativement tôt (vers 10 h il me semble) il n’y avait personne d’autre que nous. On profite d’autant mieux des lieux ainsi car c’est un cadre très reposant. Lorsque nous sommes repartis 1 heure plus tard, nous avons croisé beaucoup de monde qui serviette au bras se dirigeait vers le site!! Pour ceux qui veulent rejoindre les piscines naturelles sans effectuer 1 h de marche on peut se garer sur la route à environ 4 km d’Evisa. De là il faut quand même marcher un bon ¼ heure avant d’arriver sur place.

L’après midi nous décidons de prendre la route qui serpente jusqu’aux gorges de Spelunca près du village d’Ota. Nous trouvons une place aux 2 ponts et nous installons un peu à l’écart des autres pour un après-midi baignade pour les enfants et farniente pour les grands!!!

piscines naturelles Evisa, Corse

les piscines naturelles d’Aïtone

Jour 5

Ça y est, c’est le grand jour, nous allons faire la randonnée qui mène au lac de Nino. Pour les enfants (12 et 9 ans ) c’est pas rien. On les a prévenu, ce ne sera pas facile, 700 mètres de dénivelé et 5 heures de marche aller-retour. Mais à l’arrivée on espère trouver les chevaux sauvages qui sont normalement présents à partir de juin. On démarre tôt, à 8 h on est au parking vers la maison forestière de Poppaghja situé après le col de Vergio. Le début de la rando grimpe à travers la forêt de pins laricio. Après 1 km, on arrive à un pont, il ne faut pas le traverser mais poursuivre sur la rive droite du cours d’eau. Il faut suivre le balisage jaune ainsi que les nombreux cairns qui montrent la voie. Puis on sort de la forêt pour poursuivre dans un décor plus minéral, à partir de là, le soleil tape franchement et la pente s’accentue. Plus on monte et plus le vent frais se fait présent. Finalement, nous arrivons en haut en 2h30 (bravo aux enfants!) et apercevons enfin le lac en arrière-plan et les chevaux qui sont bien là !!!! Il faut bien penser à prendre des vêtements chauds car il est fait bien frais en haut même mi-juin. Nous descendons tranquillement vers le lac et tentons d’approcher les chevaux pour les caresser en évitant de se mouiller les chaussures dans les pozzines. Il y a aussi des vaches qui dorment tranquillement. Nous resterons bien 1h30 sur place pour profiter des chevaux et pour pique-niquer. Le retour est plus facile mais il faut bien faire attention tout de même. Des images plein la tête et des photos plein l’appareil, cette journée valait vraiment la peine.

rando lac de Nino, Corse

rando lac de Nino, Corse

 Lac de Nino

lac de Nino

 Lac de Nino, Corse

les chevaux au lac de Nino

Jour 6

Ce matin, nous partons direction Vico puis Soccia pour le lac de Creno. Il faut compter environ 1h15 de marche pour atteindre le lac en partant du parking au-dessus du village de Soccia. C’est en plein soleil au début puis le chemin se poursuit au milieu des arbres. La première partie du sentier n’est pas ce que j’ai préféré mais le lac est vraiment magnifique, c’est un endroit idéal pour pique-niquer. Ne faites pas comme moi, j’ai laissé le pique-nique dans le coffre de la voiture (oups!). Pour ceux qui le souhaitent, on peut aussi louer des chevaux un peu au-dessus du parking pour rejoindre le lac. Une fois sur place, ne pas hésiter à faire le tour du lac pour apprécier les différents points de vues alentours.

Nous redescendons jusqu’à la voiture puis après une pose repas nous allons à Muna, un village abandonné, enfin presque puisqu’il reste une maison habitée. Tous les panneaux que nous rencontrons à l’approche de Muna sont rehaussés d’une peau de sanglier plus ou moins décomposée. Un peu surprenant je dois dire, l’ambiance est donné, nous sommes dans la Corse profonde. Il faut de bonnes jambes pour atteindre le village car aucune route ne mène jusqu’aux maisons et ça grimpe pas mal.

lac de Creno, Corse

lac de Creno

lac de Creno, Corse

Muna village abandonné, Corse

le ville abandonnée de Muna

Jour 7

Ça y est, on plie bagage. C’est une journée « route en lacets » qui nous attend aujourd’hui. Nous partons tout d’abord pour fameuses les calanques de Piana. Nous nous arrêtons un peu après Porto dans le virage en épingle qui annonce « tête de chien » pour aller jusqu’au « château fort » (45 minutes de marche aller-retour). A l’arrivée une belle vue sur le golfe de Porto et les Calanques s’offre à nous. On aperçoit également Piana perché sur la montagne. Puis nous poursuivons la route jusqu’à Piana avec quelques arrêts photos pour bien apprécier le site des Calanques. Ces roches de granit rouge, déchiquetées et sculptées par l’érosion tranchent avec le bleu turquoise de la mer, c’est très très beau. Il parait que c’est encore plus beau au coucher du soleil mais je n’aurai pas l’occasion de le vérifier, peut être une autre fois…

Après un arrêt au village de Piana, nous continuons la route en direction de la plage d’Arone, les paysages changent alors totalement, la route est belle, nous apercevons au loin la tour de Capu Rossu, j’avais initialement prévu de faire cette rando mais il n’y a pas d’ombre et en cette saison ça tape fort. De plus, c’est 3 h minimum de marche et je sens que les enfants on besoin d’un peu de repos. Décidément, il y aura beaucoup de chose à faire ou à refaire si j’ai la chance de revenir en Corse. A la place, nous laissons les enfants se détendre sur la plage d’Arone un moment. C’est une grande plage de sable fin, pas très fréquentée pour un samedi.

Puis nous voilà reparti vers Porto, refaisant les Calanques dans l’autre sens. Après une pause repas sur Porto nous reprenons la route pour Galéria notre destination finale du jour. La route est belle, mais sinueuse (elle passe par le col de la Croix et le col de Palmarella) et donc assez fatigante pour le conducteur, les autres peuvent davantage apprécier le magnifique paysage.

Nous arrivons à Galéria pas très tard ce qui nous permet de faire des repérages pour la balade du lendemain. Galéria est un petit village en bord de mer mais avec l’impression étrange d’être à la montagne.

Le camping où nous nous arrêtons, « Camping Idéal », porte mal son nom, il n’est pas terrible par rapport aux autres, sans parler des sanitaires. Tant pis, c’est juste pour une nuit, on fera avec. En fait, ce sera le camping le moins calme de toutes nos vacances, un bruit indéterminé m’a empêché de dormir une bonne partie de la nuit!! Je suis ravie de plier bagage et de poursuivre ma route…

vers Porto,Corse

vers Porto

Piana, Corse

Piana les Calanques, Corse

Les Calanques de Piana

 

Jour 8

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de la vallée du Fango, nous démarrons la balade du pont de Ponte Vecchio à environ 6 km de Galéria pour aller jusqu’à Tuarelli (environ 2 h aller-retour). Au retour, nous nous arrêtons dans les rochers du Fango pour une baignade bien rafraîchissante au milieu de jolies petites cascades. En fin d’après-midi, nous reprenons la route pour l’île Rousse notre dernière destination de ces vacances.

• Avis sur le camping l’Orniccio : il est grand et calme, les sanitaires assez correctes.

vallée du Fango Galéria, Corse

Vallée du Fango

vallée du Fango Galéria, Corse

vallée du Fango Galéria, Corse

vallée du Fango Galéria, Corse

vallée du Fango, Corse

 

Jour 9

Nous partons ce matin pour la forêt de Bonifato. Nous nous garons sur le parking de l’auberge de la forêt payant en été. Nous empruntons le chemin forestier de la Spasimata qui longe la rivière Figarella. Une petite passerelle nous permet de franchir la rivière avant de poursuivre toujours plus haut dans le cirque jusqu’au refuge de Carozzu. C’est très ombragé, ce qui est bien appréciable avec cette chaleur. De là, nous poursuivons le sentier direction l’Asco pour rejoindre en 15 min environ la fameuse passerelle de Spasimata rendue célèbre par le film  » les randonneurs « . Maximum 2 personnes à la fois sur la passerelle. Nous en profitons pour pique-niquer en contrebas au bord de l’eau. A cette hauteur, le soleil joue à cache-cache avec les nuages et il ne fait pas toujjours très chaud. Rando Carrozu et Spasimata  740 mètres de dénivelé 5h aller-retour.

De retour au parking, nous partons pour Calvi. Nous nous contentons de faire un tour à la citadelle et dans les rues piétonnes avant de rejoindre notre camping à l’île Rousse.

rando forêt de Bonifato, Corse

rando Carrozu, forêt de Bonifato

passerelle spasimata, Corse

passerelle de Spasimata

Jour 10

Nous nous rendons aujourd’hui à la plage de l’Ostriconi à environ 10 km de l’île Rousse, au pied du désert des Agriates dans lequel nous nous aventurons quelque peu. Mais avec nos 5 heures de randonnée d’hier dans les jambes et le soleil de plomb, nous ne souhaitons pas nous aventurer très très loin. Cette petite escapade dans le maquis nous envoie de bonnes odeurs de plantes dans les narines, j’aimerais beaucoup y randonner mais à l’automne ou au printemps quand le soleil est moins brûlant. La plage de l’Ostriconi est une magnifique plage assez sauvage, l’eau y est d’un bleu turquoise.

Après cette petite balade, nous poursuivons notre route vers le village de Pigna (parking payant) puis Sant’Antonino (parking également payant) joli village perché que l’on peut visiter à dos d’âne. Nous finissons la journée à la plage vers l’île Rousse.

plage d'Ostriconi, Corse

la plage de l’Ostriconi

le désert des Agriates, Corse

Jour 11

le temps de plier bagage, d’aller acheter de la charcuterie à Calvi, de déjeuner et c’est déjà l’heure de rentrer.

Voilà, nos vacances se terminent, nous avons eu un bon aperçu des paysages Corse lors de ce séjour. Ça me donne envie d’y retourner pour voir le Cap Corse, l’Est et le Sud que nous n’avons pas pu faire en si peu de temps.

Pigna, Corse

le village de Pigna

No Comments

Leave a Comment