Visiter Nice le temps d’un week-end

En octobre, je suis allée passer un week-end à Nice, une ville que je n’avais plus pris le temps de visiter depuis bien longtemps et que j’ai eu plaisir à redécouvrir. Vivante et colorée, avec une belle architecture, de nombreux coins nature et la mer à ses pieds, il faut dire que Nice ne manque pas d’attraits. Compte rendu de mon escapade de 2 jours entre visites des incontournables et randonnée.

 


Jour 1


 

Je consacre ce premier jour à la vieille ville et les alentours me permettant de poser la voiture et de me déplacer essentiellement à pied. Je l’ai quand même reprise pour me rendre aux arènes et au monastère de Cimiez un peu excentrés, histoire de gagner du temps, parce que 2 jours ça passe vite!

Explorer le Vieux Nice

Nichée au pied de la colline du château, la vieille ville de Nice est une petite merveille à explorer sans modération. Elle n’est pas très étendue mais il y a tant à voir et à faire qu’on peut finalement y passer pas mal de temps. Tous les sens en éveil, je m’engouffre dans son lacis de ruelles et pars à la découverte de ses nombreux trésors.

 

■ Des petites ruelles étroites et colorées

Du rouges, du jaune, du rose… les façades du Vieux Nice offrent toute une palette de couleurs chaudes et ensoleillées. Une atmosphère assurément méditerranéenne et même un brin italienne. Avec ses nombreux cafés et restaurants, ses petites boutiques en tout genre, ses marchés et ses brocantes, le Vieux-Nice fourmille d’activités et de tentations. Difficile d’ailleurs de résister à l’attrait de toutes les gourmandises et spécialités qui se vendent à chaque coin de rue.

 

Un patrimoine architectural important

Le Vieux-Nice, c’est aussi un grand nombre de monuments remarquables avec notamment des palais et des églises de style baroque qui nous rappellent que la ville a appartenu plusieurs siècles durant aux États de Savoie. On peut ainsi admirer la Cathédrale de Sainte-Réparate (Place Rossetti), la Chapelle de la Miséricorde (Cours Saleya), la Chapelle du Saint-Sépulcre (Place Garibaldi), le Palais Lascaris (Rue Droite) ou encore l’église du Gesù (Rue du Jésus) pour n’en citer que quelques uns. N’hésitez pas à pénétrer à l’intérieur de ces édifices, la richesse des décors vaut vraiment le coup d’œil.

 

Le marché du Cours Saleya

Avant de sortir de la vieille ville, je me rends au Cours Saleya, une place piétonne tout en longueur qui accueille tous les matins (sauf le lundi) un marché coloré où l’on peut acheter fleurs, fruits et légumes de saison. Un marché méditerranéen authentique où se mêlent niçois et touristes venus découvrir les produits locaux et les spécialités niçoises. L’occasion de déguster par exemple une part de pissaladière ou la fameuse socca, une galette à base de farine de pois chiches.

 

 

Prendre de la hauteur sur la Colline du château

Après avoir arpenté la vieille ville en tout sens, me voilà partie à l’ascension de la colline du Château, un immense rocher qui domine la ville. On y accède à pied depuis le Vieux-Nice, en ascenseur depuis la rue des Ponchettes ou en encore en petit train touristique. Je choisis de monter à pied, l’occasion entre autres de passer voir le cimetière israélite malheureusement fermé le samedi, jour où j’y suis passée.

La colline du Château, considérée comme le berceau de la ville de Nice est un ancien site fortifié où se trouvait autrefois la ville haute médiévale. Si le château n’existe plus depuis longtemps, on peut aujourd’hui profiter du grand parc arboré pour un moment de détente à l’écart de la ville. Une promenade sympathique qui vaut surtout pour ses points de vue panoramiques sur la mer, les toits de la ville, le port et sur les montagnes de l’arrière-pays.

 

 

Longer la mer depuis la promenade des Anglais

Impossible de venir à Nice sans passer à un moment ou à un autre sur la promenade des Anglais qui s’étire sur 7 km en bord de mer. Une agréable balade urbaine où touristes et niçois se retrouvent pour profiter de la plage et de la promenade. A pied, en vélo, en roller, allongé sur la plage ou assis face à la mer, à chacun sa façon d’en profiter! De mon côté, j’ai marché jusqu’au mythique hôtel Negresco tout en admirant les pros du roller qui offrent un vrai spectacle à eux seuls.

 

 

Gouter les spécialités locales

Venir à Nice, c’est aussi avoir l’occasion de goûter quelques unes des spécialités culinaires de la région: pissaladière, petits farcis, gnocchis, daube niçoise, tourte aux blettes… autant de plats niçois à expérimenter sans modération.

 

 

Visiter les arènes de Cimiez et le jardin des arènes

Situé dans les hauteurs de Nice, les arènes de Cimiez, témoignent du passé romain de la ville. Libre d’accès, l’édifice est le plus petit amphithéâtre romain connu en France. Il ne reste malheureusement pas grand chose à voir mais la visite peut être agréablement complétée par une balade dans le jardin des arènes d’où l’on peut apercevoir les thermes, vestiges de l’ancienne cité romaine de Cemenelum. Pour les admirer de plus près, il faudra se rendre au musée d’archéologie à deux pas de là. A noter aussi, le musée Matisse dans le jardin des arènes.

 

 

Se ressourcer au jardin du monastère de Cimiez

De l’autre côté du jardin des arènes, j’arrive devant le monastère de Cimiez et son joli jardin attenant, ouvert au public. Parterres de fleurs, pergolas, fontaines et oliviers sont ici agencés avec goût offrant un cadre parfait pour un moment de détente. Une belle découverte et un vrai coup de cœur pour ce jardin reposant et plein de charme au cœur de la ville. Son plus: un superbe panorama sur la ville de Nice tout au bout du jardin.

Avant de repartir, je passe faire un tour au cloître et à l’intérieur de l’église de style baroque qui jouxte le monastère. Tout comme les édifices religieux vus dans le centre, celui-ci est richement doré et décoré. Juste à côté, on accède également au cimetière où le peintre Henri Matisse est enterré.

➤ Bon à savoir: le stationnement est gratuit devant le monastère de Cimiez.

 

 

La promenade du Paillon

Si comme moi vous adorez la nature, Nice est la ville rêvée. Après la colline du château, le jardin des arènes et le jardin du monastère de Cimiez, la promenade du Paillon est une agréable parenthèse de verdure qui s’étire en plein cœur de la ville jusqu’à la mer. Ce parc est en fait une succession de jardins entrecoupés de places et de voies de circulation. Il laisse la part belle à la ville en la mettant joliment en valeur et en attirant le regard sur ses belles demeures, ses clochers et ses façades colorées.

Très fréquenté par les familles, on y trouve des jeux d’enfants, des brumisateurs et un miroir d’eau géant composé de jets d’eau dont le spectacle ravira petits et grands. Difficile d’imaginer aujourd’hui qu’à cet emplacement se trouvait autrefois un fleuve (le Paillon) qui traversait alors la ville pour se jeter dans la mer. Le parc suit d’ailleurs sans ancien tracé. Couvert par étapes depuis le 19ème siècle, le fleuve demeure désormais souterrain et invisible.

 

 

Traverser la Place Masséna

En traversant la promenade du Paillon, on arrive à la place Masséna, une immense place quasiment piétonne (seul le tramway la traverse) à deux pas de la promenade des Anglais et du Vieux Nice. Ses hauts bâtiments aux façades rose orangé et ses nombreuses arcades abritant boutiques et restaurants lui confère un petit air d’Italie.

 

 

Aller voir les pointus sur le port de Nice

En comparaison avec la taille de la ville, le port de Nice peut sembler petit. Par contre, il est plutôt joli avec ses immeubles aux façades colorées et ses collines arborées environnantes (eh oui, elles sont partout ces façades colorées, mais c’est ce qui donne son charme à la ville). Bien visible depuis la colline du château, on peut aussi s’y balader à la recherche des pointus, de petites embarcations de pêcheurs typiques de la méditerranée. Et si vous souhaitez vous y attarder un peu, sachez que les restaurants et les bars ne manquent pas le long des quais.

 

Le port Lympia, Nice

 

Admirer le coucher du soleil depuis le sentier du littoral

Pour terminer la journée, je choisi de m’éloigner de l’animation de la ville et de profiter du bord de mer en toute tranquillité. Pour cela le sentier du littoral est idéal. Il débute un peu après le restaurant « La Réserve » à l’est du port de Nice et longe la mer jusqu’en dessous du Palais Maeterlinck à 1 km de là (soit environ 20 minutes de marche).

Le sentier, bien aménagé, offre de belles vues le long du littoral où des bancs creusés dans la roche permettent de se poser un moment. En fin de journée, éclairée par les derniers rayons du soleil, la roche prend des tons orangés magnifiques. Un cadre parfait pour regarder le soleil se coucher et voir la ville s’illuminer à la nuit tombée!

En journée, la balade est tout aussi sympa mais en été, mieux vaut éviter les heures les plus chaudes. Si l’on a davantage de temps, on peut envisager de poursuivre jusqu’au parc du Mont Boron, au Fort du Mont Alban ou encore continuer le long du littoral jusqu’à la ville de Villefranche-sur-mer. Des balades allant de 2h à la journée suivant les variantes choisies.

 

 

 


Jour 2


 

Je consacre cette deuxième journée à une grande balade à pied au départ du sentier du littoral de Nice. Mon programme: rejoindre le parc du Mont Boron puis le Fort du Mont Alban avant de redescendre à Villefranche sur mer et revenir à Nice par le sentier du littoral. Au passage, visite de Villefranche, son port, sa vieille ville et sa citadelle. Soit 10 km de marche environ et pas mal de dénivelé sur un sentier qui ne cesse de monter et de descendre. Envie de découvrir ces lieux mais pas envie de marcher? Pas de problème… tous ces sites sont facilement accessibles en voiture ou en bus.

➤ Pour tous les détails sur la randonnée voir l’article: Randonnée: de Nice à Villefranche en passant par le Mont-Boron

Le parc du Mont Boron

Situé en face de la colline du château à l’est du port de Nice, le Mont Boron est un grand parc forestier aménagé de nombreux sentiers ombragés. Un îlot de verdure dans lequel on peut se promener à loisir tout en profitant par endroit de points de vue fantastiques sur Nice, Saint-Jean-Cap-Ferrat et Villefranche-sur-mer. Le parc abrite deux anciens ouvrages militaires: la batterie du Mont Boron et le Fort du Mont Alban.

 

vue sur Nice du Parc du Mont Boron

 

Le Fort du Mont Alban

Au nord du parc du Mont Boron, ne manquez pas le Fort du Mont Alban, un ancien fort militaire du 16ème siècle qui domine tous les environs. Autrefois un site stratégique pour la défense de la côte niçoise, le lieu offre aujourd’hui des points de vue exceptionnels à la fois sur Villefranche, le Cap Ferrat, Nice et les montagnes alentours! L’intérieur du fort se visite uniquement en été mais l’extérieur et la vue valent largement le déplacement!

 

Vue sur Villefranche depuis le Fort du Mont Alban

 

Villefranche-sur-mer

Dernière étape de ma balade avant mon retour à Nice: Villefranche-sur-mer, une ville toute colorée qui fleure bon le sud et la douceur de vivre. Que l’on arrive comme moi à pied depuis le Fort du Mont Alban, depuis Nice par le sentier du littoral (ma portion préférée) ou par la route en voiture, la ville de Villefranche vous offrira de toute manière de superbes panoramas sur sa baie! A ne pas louper:

 

■  La vieille ville avec ses maisons aux couleurs chatoyantes et l’étonnante « Rue Obscure », une ruelle souterraine qui traverse la ville sur 130 mètres sous les habitations.

■  Le port de la Darse, ancien port des États de Savoie, aujourd’hui un port de plaisance où l’on peut voir des pointus et de beaux bâtiments inscrits aux monuments historiques.

■  La citadelle Saint-Elme construite au 16ème siècle pour défendre la ville et protéger le port de la Darse. Classée monument historique, elle abrite aujourd’hui l’hôtel de ville, un jardin et 4 musées. On y retrouve les mêmes tourelles qu’au Fort du Mont Alban construit à la même période. L’entrée est gratuite aussi bien pour les musées que pour la citadelle – fermé le dimanche matin.

■  Le chemin de ronde qui relie le port de la Darse à la vieille ville.

 

 

Villefranche-sur-mer

 

La cathédrale orthodoxe russe de Nice

Après cette journée déjà bien remplie, je tiens à faire une toute dernière visite: celle de la cathédrale russe de Saint-Nicolas à Nice. Il faut dire que n’est pas tous les jours qu’on peut voir ce genre de cathédrale, en France tout du moins! Construite au début du 20ème siècle, en raison de l’importance de la communauté russe installée à Nice à cette époque, elle est alors l’une des plus importantes en son genre hors de Russie.

La visite libre de la cathédrale est gratuite mais la chapelle du Tsarévitch adjacente à la cathédrale ne se visite qu’avec une visite guidée (payante). L’intérieur, richement décoré, est aussi impressionnant que l’extérieur. Les photos sont malheureusement interdites à l’intérieur!

Pour plus d’informations (horaires…), voir le site de la cathédrale.

 

Cathédrale russe Saint-Nicolas, Nice

 


Explorer les Alentours


 

Si vous avez la chance de rester plus longtemps qu’un week-end, vous aurez certainement envie de découvrir les environs. Voici quelques suggestions:

  Visiter la villa et les jardins Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat, une demeure inspirée des villas de la Renaissance italienne

  Ainsi que la villa Kerylos à Beaulieu-sur-mer construite sur le modèle des villas de la Grèce antique

■  Faire Le Tour du Cap Ferrat, pour une agréable balade en bord de mer

  Visiter le village médiéval d’Èze et son jardin exotique

■  Passer une journée à Cannes, Antibes ou Menton

  Découvrir le fabuleux parc national du Mercantour. A seulement 1 heure de voiture de Nice, il donne accès à de multiples randonnées toutes plus belles les unes que les autres comme celle du lac de Trécolpas ou encore du lac Nègre près de Saint-Martin-Vésubie.

Pas encore de commentaires

Écrire un commentaire